Entre nation et jihad

Entre nation et jihad

Histoire sociale des radicalismes algériens
Omar Carlier
Préface de Jean Leca

Guerre civile, guerre sainte, deuxième guerre d'Algérie ? Nouvelle guerre intérieure, plutôt ; sans véritable précédent, et pourtant inscrite profondément dans une longue histoire coloniale, pleine de bruit et de fureur. Pour comprendre les fractures actuelles de la société algérienne, il faut remonter aux années trente et au parti de l'indépendance qui s'imposera bientôt au pays, d'abord à la ville musulmane (1936-1939), puis à l'Algérie de l'intérieur (1942-1948). Ancré dans la sociabilité du café et du quartier, porté par l'entregent d'une jeunesse scolaire frustrée de reconnaissance sociale, il prend la tête d'un mouvement interclassiste de militants autodidactes issus du salariat à statut et des petits métiers. Maître des mots, maître des masses, "maître de l'heure", il doit son efficacité au réinvestissement d'un vieux modèle de parité entre les frères, installant le lien national entre la solidarité "tribale" et l'égalitarisme de l'islam.

Ce livre voudrait montrer la force, l'originalité, la longévité du nationalisme radical algérien, mais aussi rendre intelligible le coût ultime de la formule populiste et de l'entrée dans la modernité politique. Dans une société clivée et mixée entre Orient et Occident, tiraillée entre holisme et individualisme, et crispée sur la question des mœurs, le parti islamique apparaît à beaucoup comme un recours : l'ancien équilibre des tensions maîtrisé par le populisme se transforme en un vertige nourri par l'anomie. Après le viol des urnes, la frange radicalisée de la jeunesse sollicitée par le réseau des mosquées répond à un autre appel. Les groupes armés renversent la relation entre watan et jïhad et déplacent le combat contre l'ennemi intérieur. Ils veulent ajuster la société à leur vision de la communauté, substituer l'ordre divin à l'ordre humain, dans une sorte d'ordalie des temps modernes.

Jean Leca

professeur des universités
IEP Paris
Professeur à l'Institut d'études politiques de Paris (en 1988)

http://www.afsp.msh-paris.fr/annu/fiches/leca.html


Pour(quoi) la philosophie politique?
Petit traité de science politique
Jean Leca
La science prétend dire tout le réel, physique et social, et ainsi le dominer. La philosophie prétend dire... le reste, « le sens de la vie ». Quant à « la politique », elle est mensonge. Vraiment ?



Sur l'individualisme
Théories et méthodes
Pierre Birnbaum, Jean Leca





Collaborations intellectuelles ou scientifiques :

Les maharajahs et la politique dans l'Inde contemporaine
Christiane Hurtig
Le livre retrace l'évolution de la question princière depuis l'Indépendance.



Institutions, élections, opinion
Mélanges en l'honneur de Jean-Luc Parodi
Yves Déloye, Alexandre Dézé, Sophie Maurer
Figure majeure de la science politique française, Jean-Luc Parodi a durablement marqué la discipline, que ce soit intellectuellement par ses travaux pionniers, institutionnellement par les importantes responsabilités qu'il a exercées ou encore humainement par sa personnalité. Ces mélanges rendent hommage à l'intellectuel et à l'homme lui-même.









Nous Vous Suggérons Aussi

Collection

Académique

Sujets

Monde & sociétés : Maghreb
International

Suivez-nous