Raisons politiques 72, novembre 2018

La représentation-incarnation
Première édition

La représentation-incarnation - Représentation et décision politique dans les assemblées communales italiennes du 13e siècle - La représentation-incarnation chez Marsile de Padoue - Jusqu'à quel point les états territoriaux allemands représentaient-ils le peuple ? - Hobbes et la représentation - représentation-incarnation sous la 2nde république Lire la suite

Les prétentions à incarner la communauté politique ou des groupes particuliers se multiplient. Elles s'expriment au sommet des institutions représentatives, mais aussi dans les mouvements sociaux contestataires. Elles sont portées autant par les leaders autoritaires que par les mouvements libertaires. Les articles ici rassemblés entendent éclairer ces phénomènes à l’aide de la notion de la représentation-incarnation. Cet idéaltype désigne une relation où l’entité représentante tend à être identifiée à l’entité qu’elle prétend incarner, sans que ce lien repose sur un mandat ou une volonté explicite. Cette relation contribue de façon décisive à forger l’identité et l’unité du groupe représenté. La représentationincarnation plonge ses origines dans la théologie chrétienne comme dans la philosophie et le droit public du Moyen Âge, avec la notion de représentation-identité. Sécularisée, elle se retrouve sous des formes diverses dans les parlements d’Ancien régime, dans les controverses opposant Hobbes et les parlementaires anglais, dans les conflits de légitimité de la révolution de 1848, chez Edmund Burke, Carl Schmitt ou les théoriciens du populisme. La force des régimes politiques modernes a reposé sur leur capacité à fusionner la légitimité donnée par le mandat électoral et celle qui découle de l’incarnation de la communauté politique dans les représentants élus. Cette articulation est aujourd’hui remise en cause : la crise des systèmes représentatifs s’approfondit tandis que fleurissent des prétentions alternatives à incarner le peuple. Il est temps de se donner les moyens conceptuels de distinguer ces deux sources de légitimité.


Livre broché - 20,00 €

Spécifications


Éditeur
Presses de Sciences Po
Auteur
Samuel Hayat, Corinne Péneau, Yves Sintomer,
Revue
Raisons politiques
ISSN
12911941
Langue
français
Catégorie (éditeur)
Internet Hierarchy > CONCOURS > Agrégation science politique
Catégorie (éditeur)
Internet Hierarchy > Europe > Construction européenne
Catégorie (éditeur)
Internet Hierarchy > International
Catégorie (éditeur)
Internet Hierarchy > Politique
Catégorie (éditeur)
Internet Hierarchy > Science politique
BISAC Subject Heading
POL000000 POLITICAL SCIENCE > SOC000000 SOCIAL SCIENCE
BIC subject category (UK)
H Humanities > J Society & social sciences > HP Philosophy
Code publique Onix
06 Professionnel et académique
Date de première publication du titre
17 janvier 2019
Type d'ouvrage
Numéro de revue

Livre broché


Details de produit
1
ISBN-13
9782724635515
Contenu du produit
Text (eye-readable)
Ampleur
Pages chiffres romains : 200
Code interne
9782724635515
Format
15,5 x 24 cm
Poids
282 grammes
ONIX XML
Version 2.1, Version 3

Google Livres Aperçu


Sommaire


Yves Sintomer, La représentation-incarnation : idéaltype et configurations historiques

Lorenzo Tanzini, Représentation et décision politique dans les assemblées communales italiennes du 13e siècle

Alessandro Mulieri, La représentation-incarnation chez Marsile de Padoue

Barbara Stollberg-Rilinger, Tuteurs sans mandat.
Jusqu'à quel point les états territoriaux (Landstände) allemands représentaient-ils le peuple ?

Quentin Skinner, Hobbes et la représentation

Samuel Hayat, Incarner le peuple souverain : les usages de la représentation-incarnation sous la Seconde République