Raisons politiques 72, novembre 2018

Raisons politiques 72, novembre 2018

La représentation-incarnation

Les prétentions à incarner la communauté politique ou des groupes particuliers se multiplient. Elles s'expriment au sommet des institutions représentatives, mais aussi dans les mouvements sociaux contestataires. Elles sont portées autant par les leaders autoritaires que par les mouvements libertaires. Les articles ici rassemblés entendent éclairer ces phénomènes à l’aide de la notion de la représentation-incarnation. Cet idéaltype désigne une relation où l’entité représentante tend à être identifiée à l’entité qu’elle prétend incarner, sans que ce lien repose sur un mandat ou une volonté explicite. Cette relation contribue de façon décisive à forger l’identité et l’unité du groupe représenté. La représentationincarnation plonge ses origines dans la théologie chrétienne comme dans la philosophie et le droit public du Moyen Âge, avec la notion de représentation-identité. Sécularisée, elle se retrouve sous des formes diverses dans les parlements d’Ancien régime, dans les controverses opposant Hobbes et les parlementaires anglais, dans les conflits de légitimité de la révolution de 1848, chez Edmund Burke, Carl Schmitt ou les théoriciens du populisme. La force des régimes politiques modernes a reposé sur leur capacité à fusionner la légitimité donnée par le mandat électoral et celle qui découle de l’incarnation de la communauté politique dans les représentants élus. Cette articulation est aujourd’hui remise en cause : la crise des systèmes représentatifs s’approfondit tandis que fleurissent des prétentions alternatives à incarner le peuple. Il est temps de se donner les moyens conceptuels de distinguer ces deux sources de légitimité.

Samuel Hayat

Samuel Hayat est chargé de recherche CNRS au Centre d'études et de recherches administratives, politiques et sociales (CERAPS, Lille). Au croisement de l'histoire sociale des idées, de la sociologie historique et de la théorie politique, il travaille principalement sur la représentation politique et sur les révolutions et les mouvements ouvriers du 19e siècle. Il a publié Quand la République était révolutionnaire. Citoyenneté et représentation en 1848 (Seuil, 2014).








Nous Vous Suggérons Aussi

Revue:

Raisons Politiques

Sujets

CONCOURS : Agrégation science politique
Science politique

Suivez-nous