Pas de paix sans justice ?

Pas de paix sans justice ?

Le dilemme de la paix et de la justice en sortie de conflit armé

En sortie de conflit armé, faut-il poursuivre ceux qui ont commis des crimes de guerre, des crimes contre l'humanité, voire un génocide, ou les intégrer au processus de transition au nom de la paix ? Les poursuivre risque de déstabiliser la société ; mais ne pas le faire peut mener au même résultat, une paix achetée par l'impunité risquant d'être provisoire.

L'auteur examine ce dilemme à la lumière de l’histoire du droit pénal international, de Nuremberg à nos jours, et à l’aide de nombreux exemples, des Balkans à la Libye en passant par le Rwanda et le Darfour. Il s’interroge sur le rôle des tribunaux internationaux : sont-ils une condition de la paix (pas de paix sans justice) ou au contraire un obstacle (pas de justice sans paix) ? Ont-ils un effet dissuasif ? Peut-on dépasser le dilemme ? Se pose aussi la question des relations qu’entretiennent deux acteurs majeurs de la scène internationale : le Conseil de sécurité, organe politique chargé du maintien de la paix et de la sécurité, et la Cour pénale internationale, organe judiciaire chargé de poursuivre les auteurs des crimes les plus graves. La Cour pénale internationale est-elle vraiment indépendante du Conseil de sécurité et, surtout, doit-elle l’être ?

Une réflexion essentielle, en ce début de siècle, face au retour des guerres.
 

Jean-Baptiste Jeangène Vilmer

Directeur de l'Institut de recherche stratégique de l’École militaire (IRSEM), ministère des Armées.


Collaborations intellectuelles ou scientifiques :

Les Champs de Mars 30 avec supplément
La relève stratégique
Sommaire : Une première histoire du soutien aux jeunes chercheurs sur les questions de défense et de sécurité-Retour sur l'échec de l'« armée européenne » : quelles leçons pour demain ?-La politique du « flexilatéralisme » : la politique française d’armement dans le contexte du Brexit-Groupes de support à l’organisation État islamique à Banten



L'Enjeu mondial.
Populismes au pouvoir
Alain Dieckhoff, Christophe Jaffrelot, Elise Massicard
L'Enjeu mondial se penche sur la façon dont les populistes conquièrent le pouvoir, l'exercent et le conservent. Il examine les bases sociales des « pouvoirs populistes » de même que les forces qui leur résistent. Car le populisme peut aussi n'être qu’un moment, contrecarré par de robustes institutions défendant l’État de droit.









Nous Vous Suggérons Aussi

Le Développement
Histoire d'une croyance occidentale
Gilbert Rist

Collection

Références

Sujets

Domaines : Monde et sociétés
Géopolitique : Relations internationales
Droit
International
Monde & sociétés
Société

Suivez-nous