Nature et souveraineté

Philosophie politique en temps de crise écologique
Première édition

Comment repenser le concept de souveraineté à l'aune de la crise écologique ? Car en réalité, la crise n'est pas écologique mais politique. Plutôt qu'une politique des hommes sur les choses de la nature, il faut concevoir une cosmopolitique de la nature. Lire la suite

Le présupposé éthique et politique de la modernité veut que la « nature » soit extérieure aux humains. Les hommes la considèrent comme leur « environnement », comme si les choses de la nature étaient conçues aux seules fins de les servir. Telle est l'origine de la crise écologique de notre temps : le projet politique et technique d'asservissement d'une nature fantasmatique vouée à satisfaire nos besoins.

L'État moderne résulte donc d'un prétendu droit selon lequel nous devons nous organiser en vue de leur lutte contre la nature et non d'une vie en harmonie avec elle. Ainsi pensée, la nature n'est plus qu'un vaste magasin où nous puisons notre nourriture. Quant à sa « valorisation », elle se réduit à la marchandisation capitaliste de ses ressources.

Pour faire face à la crise, nous devons disqualifier les fondements politiques et moraux de nos façons de penser et d'agir, et substituer au droit naturel un droit biotique permettant une réforme radicale de la relation qu'entretiennent la cité des hommes et la nature. Car en réalité, la crise n'est pas écologique mais politique : c'est celle des fondements essentiels de la cité. Plutôt qu'une politique des hommes sur les choses de la nature, il nous faut concevoir une cosmopolitique de la nature.


ePub (EPUB) - 6,99 €
Disponible chez ces revendeurs:
Livre broché - 15,50 €

Spécifications


Éditeur
Presses de Sciences Po
Auteur
Gérard Mairet,
Collection
Bibliothèque du citoyen
Langue
français
Mots clés
Action collective, Changement climatique, Développement durable, Écologie, Gouvernance, Souveraineté
Catégorie (éditeur)
Internet Hierarchy > Géopolitique > Developpement / durable
Catégorie (éditeur)
Internet Hierarchy > Domaines > Développement durable
Catégorie (éditeur)
Internet Hierarchy > Géopolitique > Gouvernance mondiale
Catégorie (éditeur)
Internet Hierarchy > Environnement
Catégorie (éditeur)
Internet Hierarchy > Géopolitique
Catégorie (éditeur)
Internet Hierarchy > International
BISAC Subject Heading
POL000000 POLITICAL SCIENCE
Code publique Onix
01 Grand public
CLIL (Version 2013-2019 )
3283 SCIENCES POLITIQUES
Date de première publication du titre
26 mars 2012
Code Identifiant de classement sujet
Classification thématique Thema: Politique et gouvernement

Livre broché


Date de publication
26 mars 2012
ISBN-13
978-2-7246-1240-0
Ampleur
Nombre de pages de contenu principal : 96
Code interne
978-2-7246-1240-0
Poids
108 grammes
Prix
15,50 €
ONIX XML
Version 2.1, Version 3

ePub


Date de publication
26 mars 2012
ISBN-13
9782724688610
Contenu du produit
Text (eye-readable)
Ampleur
Nombre de pages de contenu principal : 96
Code interne
9782724688610
Protection technique e-livre
DRM -Adobe
Prix
6,99 €
ONIX XML
Version 2.1, Version 3

Google Livres Aperçu


avatar

Nature et souveraineté

- Etudes, mars 2013 19 mars 2013
"[...] Gérard Mairet invite ainsi à opérer une vigoureuse réforme de l'entendement, d'abord pour comprendre que c'est la nature qui toujours impose ses contraintes à l'homme et non l'inverse, ensuite que si l'on veut surmonter la crise écologique, il faut remettre en question la notion de souveraineté des États [...]"

Gildas Labey

avatar

Nature et souveraineté

- Le Monde diplomatique 1 sept. 2012
" [...] Philosophe politique iconoclaste, connu pour ses travaux sur le principe de souveraineté, Gérard Mairet propose une analyse de la crise écologique actuelle comme résultat des présupposés éthiques et politiques de la modernité la « nature » comme extérieure aux humains et réduite à un vaste magasin. [...]"

Michael Löwy

avatar

L'État écologue

- Le Monde Économie 25 juin 2012
http://www.lemonde.fr/economie/article/2012/06/25/
"Quelques jours après le rendez-vous manqué du sommet Rio + 20, la lecture de cet essai tombe à pic. Son objet, selon son auteur, "est d'évaluer la capacité des Etats - et de l'Etat comme souveraineté - à mettre en oeuvre les actions qui s'imposent en situation de crise écologique planétaire". "

Philippe Arnaud

Sommaire


Avant-propos

Chapitre 1. La question qui se pose

Petite phénoménologie naturaliste de l'homme dit « moderne »
L'animal et la raison
Les bêtes pensent-elles ?
La nature-environnement
Res extensa
Res extensa et res publica
Capitalisme et souveraineté
Penser politiquement la nature ?

Chapitre 2. Comment se pose la question

Éléments d’une réforme de l’entendement
Proposition 1 : sur l’unité du biote
Proposition 2 : sur la conscience de soi humaine
Proposition 3 : sur le rapport homme/nature
Proposition 4 : sur le droit biotique
Proposition 5 : sur la politisation de la nature

Chapitre 3. Comment répondre à la question

Idée d’une cosmopolitique de la nature
Le territoire ou la terre ?
L’hypothèse cosmopolitique

Pour en savoir plus


Événements précédents