Exception culturelle et mondialisation

Exception culturelle et mondialisation

Face à la domination d'Hollywood sur le marché mondial du cinéma et de l'audiovisuel, de nombreux États, récemment suivis par l'Union européenne, ont réagi. Comment ? En subventionnant leurs industries du film, ou même en imposant des quotas à leurs chaînes de télévision. En 1993, le gouvernement américain répliquait et réclamait l'abolition de ces mesures, jugées contraires à la libre-concurrence.
De ce conflit allait naître la formule « exception culturelle », qui a donné lieu à bien des contresens et à laquelle on préfère désormais celle de « diversité culturelle ».
Les politiques publiques visant à soutenir les industries nationales du cinéma et de l'audiovisuel ont-elles été les mêmes dans tous les pays ? Comment la confrontation de 1993 s'est-elle déroulée et à quoi a-t-elle abouti ? Quels ont été les arguments pour et contre les mesures de soutien aux industries culturelles ?
Et maintenant, comment se présente l'avenir ? Les partisans du libre-échange pur et dur vont-ils reprendre l'offensive ? Et que peut-on dire, enfin, du projet de l'Unesco visant à promouvoir la diversité culturelle à l'échelle mondiale ?

Publier un commentaire sur cet ouvrage
 
Votre e-mail :
Votre nom :
Commentaire :
 



Nous Vous Suggérons Aussi

Le sexe de la mondialisation
Genre, classe, race et nouvelle division du travail
Jules Falquet, Helena Hirata, Danièle Kergoat, Brahim Labari, Nicky Le Feuvre, Fatou Sow

Collection

Bibliothèque du citoyen

Sujets

Géopolitique : Mondialisation

Suivez-nous