La  dignité des travailleurs

La dignité des travailleurs

Exclusion, race, classe et immigration en France et aux Etats-Unis

La classe ouvrière n'existe plus... Michèle Lamont l'a cependant rencontrée, en allant interviewer des travailleurs américains, blancs et noirs, et français. Des auto-portraits qu'elle a recueillis, il se dégage une constatation : la morale est au centre de l'univers de ces travailleurs américains, qui trouvent leur identité dans l'auto-discipline et la responsabilité. Ces exigences morales sont une alternative à la réussite économique, en leur permettant de maintenir leur dignité. Ces principes les aident aussi à se distinguer des pauvres et à dresser des barrières raciales rigides. Pour les Blancs, les Noirs sont moralement inférieurs, parce que paresseux, tandis que pour les Noirs, les Blancs sont excessivement dominants et disciplinés. La comparaison avec la France est instructive : les travailleurs acceptent plus volontiers les plus pauvres comme « une partie d'eux-mêmes » et critiquent d'autant moins les Noirs qu'ils sont considérés comme des immigrés.

Cette sociologie « compréhensive » fait faire un bond décisif aux études sur les races et les classes.

Michèle Lamont

Sociologue
En poste à Princeton university, N.J. (en 1992)








Nous Vous Suggérons Aussi

Pas de paix sans justice ?
Le dilemme de la paix et de la justice en sortie de conflit armé
Jean-Baptiste Jeangène Vilmer

Collection

Académique

Sujets

Sociologie : Sociétés en mouvement
Domaines
Société

Suivez-nous