Presses de Sciences Po

http://www.pressesdesciencespo.fr/fr/livre/?GCOI=27246100411110
Raisons politiques 58, mai 2015
Titre Raisons politiques 58, mai 2015
Sous-titre Les langages de l'intersectionnalité
Édition Première édition
Auteur et al.
ISSN 12911941
Éditeur Presses de Sciences Po
BISAC Classifications thématiques PHI000000 PHILOSOPHY
POL000000 POLITICAL SCIENCE
BIC Classifications thématiques H Humanities
Public visé 06 Professionnel et académique
CLIL (Version 2013-2019 ) 3283 SCIENCES POLITIQUES
Crédit Presses de Sciences po
Date de première publication du titre 15 juin 2015
Subject Scheme Identifier Code      93 Classification thématique Thema: QD      93 Classification thématique Thema: JP


Support Livre broché
Nb de pages 130 p.
ISBN-10 2-7246-3407-1
ISBN-13 978-2-7246-3407-5
GTIN13 (EAN13) 9782724634075
Date de publication 15 juin 2015
Contenu du produit Text (eye-readable)
Nombre de pages de contenu principal 130
Poids 140 gr
 

Description

Dans les études de genre, l'intersectionnalité est à la mode ; cependant, en même temps que dans le champ universitaire, ce mot résonne aussi dans le monde militant. Il invite en effet à penser la pluralité des formes de domination (en particulier sexe, race et classe) et la complexité de leurs articulations. S'il a d’abord été forgé aux États-Unis, dans le sillage du féminisme noir, avant de se diffuser dans d’autres langues et d’autres pays, il s’est imposé en France depuis 2005, dans un contexte européen de sexualisation des questions raciales (et de racialisation des questions sexuelles).

Ce numéro prend pour point de départ les contextes qui rendent possibles de telles circulations, avec (et depuis) ou sans (et avant) le mot, soit une manière de penser une intersectionnalité « située ». Sans se réduire au seul miroir franco-étatsunien, il s’ouvre sur le féminisme latino-américain et sur d’autres traductions, voire migrations : ainsi de l’Inde à l’Allemagne.

Il s’attache aussi à montrer l’intersectionnalité en pratique, dans sa mise en oeuvre qui revient à la traduire d’une discipline à l’autre. En interrogeant la métaphore de l’intersection, il suggère enfin que l’intersectionnalité ne renvoie pas seulement à des catégories, à des propriétés ou à des
identités : elle fonctionne aussi comme un langage du pouvoir. Les rapports de domination ne se résument pas à leur addition (ou multiplication) : ils se signifient mutuellement.

Sommaire

Les langages de l'intersectionnalité

 

Éditorial

Les langages de l'intersectionnalité

Éric Fassin

 

Dossier : Les langages de l’intersectionnalité

D’un langage l’autre : l’intersectionnalité comme traduction

Éric Fassin

 

From Methodology to Contextualisation. The Politics and Epistemology of Intersectionality

Urmila Goel

 

L’intersectionnalité au prisme du féminisme latino-américain

Mara Viveros Vigoya

 

L’intersectionnalité contre l’intersection

Sébastien Chauvin et Alexandre Jaunait

 

Faire des différences. Ce que l’ethnographie nous apprend sur l’articulation des modes pluriels d’assignation

Sarah Mazouz

 

Situated Intersectionality and Social Inequality

Nira Yuval-Davis

 

Varia

Vérité du pouvoir et puissance de l’autorité

Foucault et les voies de la critique

Thomas Boccon-Gibod

 

Recensions critiques

Savoirs de gouvernement. Circulation(s), traduction(s), réception(s) sous la direction de Martine Kaluszynski et Renaud Payre (Paris, Economica, 2013)

Corinne Delmas

 

Kafka en colère de Pascale Casanova (Paris, Seuil, 2011)

Federico Tarragoni

 

L’économiste, la cour et la patrie. L’économie politique dans la France des Lumières d’Arnault Skornicki (Paris, CNRS Éditions, 2011)

Isabelle Gouarné