Presses de Sciences Po

http://www.pressesdesciencespo.fr/fr/livre/?GCOI=27246100605170
Les inaudibles
Titre Les inaudibles
Sous-titre Sociologie politique des précaires
Édition Première édition
Collection Académique
Éditeur Presses de Sciences Po
BISAC Classifications thématiques POL000000 POLITICAL SCIENCE
SOC000000 SOCIAL SCIENCE
BIC Classifications thématiques H Humanities
J Society & social sciences
Public visé 06 Professionnel et académique
CLIL (Version 2013 ) 3283 SCIENCES POLITIQUES
Crédit Presses de Sciences Po
Date de première publication du titre 19 mars 2015
Subject Scheme Identifier Code      93 Thema subject category: JP      93 Thema subject category: JB
Avec Index ; Bibliographie
 


Support Livre broché
Nb de pages 250 p. Index . Bibliographie .
ISBN-10 2-7246-1695-2
ISBN-13 978-2-7246-1695-8
GTIN13 (EAN13) 9782724616958
Date de publication 19 mars 2015
Contenu du produit Text (eye-readable)
Nombre de pages de contenu principal 250
Format 13,8 x 21 x 1,5 cm
Poids 354 gr
Prix 24,00 €
 


Support ePub
Nb de pages 296 p. Index . Bibliographie .
ISBN-10 2-7246-1697-9
ISBN-13 978-2-7246-1697-2
GTIN13 (EAN13) 9782724616972
Référence 978-2-7246-1697-2
Date de publication 25 juin 2015
Contenu du produit Text (eye-readable)
Protection technique e-livre DRM -Adobe
Nombre de pages de contenu principal 296
Prix 17,99 €
 

Description

Ce livre va au-devant d'une population oubliée et hétérogène, celle des « précaires » : travailleurs pauvres, chômeurs en fin de droits, mères seules avec enfants, bénéficiaires des minima sociaux ou personnes en hébergement d'urgence. Il s'appuie sur une enquête réalisée lors de l'élection présidentielle de 2012, qui cherchait à comprendre et à mesurer l'impact de la précarité sur les rapports des individus à la politique, et sur des entretiens effectués dans des centres d'accueil de jour et lieux de distribution alimentaire à Paris, Grenoble et Bordeaux.

La lutte quotidienne pour la survie incite aux comportements individualistes, à la « débrouille » plus qu'à l'action collective. Elle suscite un profond sentiment d’injustice face aux riches, mais ne pousse pas à la révolte. Le lien avec la politique institutionnelle n’est pourtant pas rompu : les hommes et les femmes en situation de précarité suivent la campagne présidentielle, expriment des préférences, font davantage confiance à François Hollande qu’à Nicolas Sarkozy et plus à Marine le Pen qu’au candidat du Front de gauche.

Ces positions se traduisent néanmoins rarement en bulletins de vote. Faute de dispositifs leur facilitant l’accès à l’espace public, les individus en situation de précarité demeurent, la plupart du temps, inaudibles.