La matière noire de la démocratie

La matière noire de la démocratie

Le mouvement des gilets jaunes est tout sauf anecdotique. Tenter de l'expliquer en se focalisant sur la sociologie des participants ou en évoquant la montée des populismes et le rejet des élites n’est guère probant.

Luc Rouban voit dans ce mouvement le symptôme d’une profonde mutation du rapport au politique. En épluchant minutieusement sondages, enquêtes, baromètres ainsi que les remontées du grand débat national, il met au jour les sources cachées de cette mutation, ce qu’il appelle la matière noire de la démocratie.

Alors que l’offre politique est devenue un produit comme un autre et qu’une part croissante de la population se sent privée d’autonomie et subit les effets de la mondialisation, la lutte des classes a changé de visage, les notions de représentativité et d’universalité n’ont plus cours.

À un débat démocratique centré sur la poursuite de l’intérêt général à long terme s’oppose désormais une vie politique réduite à un échange de court terme entre un citoyen-client et un élu-fournisseur. Le choc frontal entre ces deux visions difficilement réconciliables (et dans lesquelles, paradoxalement, gilets jaunes et macronisme se rejoignent) crée de lourdes menaces sur la démocratie.




Nous Vous Suggérons Aussi

Buzzwords
Progresser par le dictionnaire à mots découverts
Katherine Lydon

Collection

Nouveaux Débats

Sujets

Science politique : Politique française
Science politique : Vie politique
Politique

Suivez-nous