La reconstruction du parti socialiste

La reconstruction du parti socialiste

L'histoire de la reconstruction du parti socialiste SFIO de 1920 à 1926 était à entre­prendre. Les premières années de cette naissance qui fut aussi une renaissance ont été jusqu'alors hâtivement analysées. Une des explications de ce désintérêt rela­tif pour cette période tient sans doute à l'application d'un raisonnement bien peu historique : la SFIO devait se reconstruire, elle devait regagner son influence, le socialisme français devait durablement se scinder en deux et ce qui devait arriver... arriva.

Pourtant, l'analyse des conditions dans lesquelles s'est effectuée la reconstitution de l'organisation du Parti, celle des difficultés d'élaboration doctrinale, celle, enfin, des types de contraintes que le système poli­tique français faisait peser sur la SFIO, montrent à l'évidence qu'il n'y avait rien de prédestiné ou d'iné-v vitable dans l'histoire de ce rameau du socialisme français. Le champ des itinéraires possibles d'une social-démocratie maintenue dans la France des années vingt était en définitive réduit. Sous la triple pression d'une tradition vivace, de militants attentifs et d'un parti communiste réussissant à survivre, la SFIO dut reconsti­tuer son statut d'organisation révolutionnaire et se manifester comme une force d'opposition résolue au sys­tème politique et social existant. Cette obligation d'affirmer ses fins révolutionnaires marquera durablement le destin de la SFIO, et ce qui constitue le lancinant problème de la social-démocratie française, composer en­tre une perspective révolutionnaire et un projet « possibiliste », se dessine dans cette histoire des ori­gines recommencées.




Nous Vous Suggérons Aussi

Collection

Académique

Suivez-nous