Critique internationale 66, janvier-mars 2015

Critique internationale 66, janvier-mars 2015

Communismes et circulations transnationales

Communismes et circulations transnationales

« Mondialisation », « globalisation », « circulation »… Ces termes ont conquis les sciences humaines et sociales depuis une vingtaine d'années, alors qu'un nouvel ordre planétaire se construisait et se pensait après la disparition du « bloc » soviétique. Ne serait-ce que du point de vue chronologique, la trajectoire historique des communismes ne semble donc pas totalement étrangère à la montée du transnational. Cette articulation est examinée ici dans cinq études de cas qui, certes, portent sur des espaces géographiques et des moments différents du XXe siècle, mais qui, toutes, s’appuient sur les outils des approches transnationales et relèvent d’une histoire sociale (ou socio-histoire) des communismes. Dans un champ de recherche où l’on n’a cessé d’analyser la dimension internationale des expériences communistes, ces contributions reviennent sur les mutations d’objets, de méthodes et de questionnements qui découlent du « tournant global ». Ce faisant, elles permettent d’interroger plus largement certains présupposés de la perspective transnationale, que ce soit sur le rôle de l’État ou sur les temporalités de l’histoire mondiale.




Nous Vous Suggérons Aussi

Revue:

Critique internationale

Suivez-nous