Vie et mort des institutions marchandes

Vie et mort des institutions marchandes

Les marchés sur lesquels nous échangeons ne sont pas terres arides où s'articuleraient froidement des intérêts calculateurs. Ils sont au contraire saturés de repères et d'échelles – logos, noms propres, critiques, réputations, certifications, labels, titres et statuts – qui contribuent à définir nos choix et, partant, à peser sur les jeux concurrentiels.

Comment comprendre le rôle déterminant que joue le critique Robert Parker dans la fixation du prix des vins de Bordeaux ? Après tout, nul appareil coercitif n'impose aux acteurs du monde bordelais de s'appuyer sur ses notes pour fixer leurs prix ; et pourtant nul ne peut les ignorer. C'est donc la puissance de l'institution marchande « Robert Parker » qu'il faut d'abord expliquer.

Si ces institutions jouent un tel rôle dans notre vie économique, il nous faut aussi rendre compte de leur origine et de leur transformation : d'où vient par exemple que le Sentier, longtemps associé à l’industrie de la confection, est brutalement devenu synonyme, au tournant des années 1990, de la net-économie naissante ?

Genèse et puissance des institutions marchandes sont des énigmes que cet ouvrage propose d’explorer au travers d’un cadre théorique original et d’une série d’études portant aussi bien sur le marché du vin, les firmes de biotechnologies ou la norme ISO 26000.
Un livre qui ne manquera pas d’intéresser étudiants et enseignants en sociologie, économie et marketing.




Nous Vous Suggérons Aussi

Grand Paris
L'émergence d'une métropole
Frédéric Gilli

Collection

Académique

Sujets

Science politique : Gouvernances
Sociologie : Sociologie économique

Suivez-nous