Bobigny, banlieue rouge

Bobigny, banlieue rouge

Le mythe de la banlieue rouge, thème majeur du débat politique entre les deux guerres, n'a pas entièrement disparu. Formé entre 1924 et le Front populaire, il prend l'aspect d'une opposition radicale entre la banlieue, terre déshéritée, abandonnée, vouée par nature à la révolte et à la révolution, et la capitale, assiégée, où se concentrent l'ordre, la civilisation et les symboles du capitalisme : nouveaux communards d'au-delà des faubourgs, les barbares, c'est-à-dire les communistes, assiègent Paris. Pour comprendre le mythe, et aller au-delà, l'auteur rassemble les données démographiques, économiques, sociales qui ont pu favoriser l'implantation du Parti communiste. Elle a choisi Bobigny parce que la municipalité y est communiste sans interruption depuis 1920, et que Jean-Marie Clamamus, grande figure des banlieues ouvrières, en fut le député, puis le sénateur-maire. Elle reconstitue avec précision ce que fut, à Bobigny, la vie quotidienne des pionniers des lotissements de l'entre-deux-guerres, et comment, dans ce milieu original, le Parti communiste assura son hégémonie. La description vivante d'un âge d'or du communisme banlieusard permet de mieux poser une question d'actualité : est-ce la longue crise du modèle politique inventé dans l'entre-deux-guerres qui explique la lente disparition de la ceinture rouge ?




Nous Vous Suggérons Aussi

Les chevaliers de l'air
Aviation et conflits au XXe siècle
Pascal Vennesson

Collection

Coéditions

Sujets

Europe : Politiques européennes

Suivez-nous