Raisons politiques 44, décembre 2011

Raisons politiques 44, décembre 2011

Paternalisme libéral

Le paternalisme est-il la maladie sénile du libéralisme ? Nous sommes amenés à nous poser cette question lorsque l'Etat, de protecteur des libertés, devient recteur des conduites au nom de l'autonomie individuelle à établir, tandis que le respect de la partition entre public et privé, au fondement même de l'intuition libérale, se trouve atteint de manière frontale. Qu'il s'agisse de prophylaxie médicale, de répression de la prostitution ou de certaines conduites sexuelles considérées comme déviantes, de pénalisation de l'usage de drogues, de l'euthanasie, ou même du suicide dans certains pays, il s'agit toujours d'affirmer le caractère pastoral du pouvoir politique, de discipliner les populations et de les conformer à un modèle univoque de l'autonomie et de la responsabilité. Les contributions rassemblées dans ce numéro de Raisons politiques s'attachent ainsi à donner des clefs de lecture du débat que les auteurs libéraux ont entretenu autour de la justification ou de la répudiation du paternalisme.




Also of interest

Review:

Raisons Politiques

Connect with us